• 2017/18: Dans la cour des grands

    C'est Officiel: BRUNO SABY va (re) piloter une VESPA 400

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

    Ben oui, encore une fois je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Alors, pour eux, petite explication. Bruno Saby était au siècle dernier  un des meilleurs pilote de rallye du monde. Il a régner pendant 40 ans au sommet, tenant tête à plusieurs générations de grands pilotes. Consécration suprême: Avec son titre mondial des rallye raid en 2005 à l'age de 56 ans, il est devenu le champion du monde le plus âgé de toute l'histoire du sport automobile !  Respect !

    Il a admirablement raconté cette exceptionnelle carrière dans son livre 40 ans de bonne conduite. Un ouvrage passionnant, qui raconte, sans règlement de compte ni larmoiement le dur chemin parcouru pour arriver au sommet. Une leçon de courage, de sacrifices et de ténacité propre à tous ceux qui atteignent ce nirvana, quelque soit la discipline choisie. Un livre que tout passionné de rallye se doit de posséder.

    2017/18: Dans la cour des grands

     

     

    Tout commence le  23 septembre 2017: Allo Jean Louis, c'est Odilon (voir rubrique 2016 Objectif Monté Carlo). Je suis avec Bruno Saby, il  veut te parler, je te le passe.

    Bonjour. On ne s'est jamais rencontré. (NDLR: Oh si, on s’est souvent rencontré. Mais à chaque fois, j’étais debout, transis dans la neige, et il passait si vite qu'il ne m'a  jamais vu.)  Voilà, j’ai une Vespa 400 et je sais que c’est votre truc à vous !  J’aimerais donc vous demander si çà ne vous embête pas que je fasse le rallye Monté Carlo historique en 2018 avec ma Vespa 400.

    ???????????????????? ! Bruno Saby, un de ceux qui ont créé la légende des rallyes, une des idoles de ma jeunesse, qui me demande si je ne vois pas d’inconvénient à ce qu’il fasse le Monté Carlo avec une Vespa 400 !  Il me demande çà alors que je lui doit, à lui, Thérier, Andruet, Frequelin, Vatanen et les autres les plus belles nuits de ma vie !  

    Et c’est pas tout ! Voilà qu'il me demande en plus si je serais d’accord de participer à la préparation de sa Vespa 400 !  Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé çà.  Je n’ose même pas en parler autour de moi, persuadé que personne ne me croira !

    26 septembre 2017: Odilon en remet une couche. Puisque l'effet de surprise en 2019 avec nos 3 Vespa 400 tombe à l'eau, on a décidé de se présenter nous aussi au départ en 2018 en Vespa 400 ! Whouaou: 2 Vespa 400 au départ, 2 à l'arrivée ? C'est parti !

    31 octobre 2017: Bruno et ses 2 mécaniciens, Jacques et Alain, arrivent chez moi ! Je suis tellement ému que je ne pense même pas à faire de photo.

    Rapidement, Bruno m’explique son projet :

    Il veut faire ce rallye dans le but de ramasser des dons pour l’association Espoir Isère contre le cancer. Voici d’ailleurs l’ébauche de la brochure qu’il a préparée à cette occasion (cliquer sur les images pour les agrandir)

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo 2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo  2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

    Un nouveau défit de plus au service d’une association humanitaire ! Que demander de mieux ?

     

     

    8 novembre 2017: J'arrive à Grenoble pour découvrir la bête. Une Vespa 400 de 1959........Ou de 1960...... Enfin, on ne sait pas très bien, car il y a contradiction entre la carte grise et le numéro de série. On s’en fout, on est en 2017, dans quelques semaines, on sera en 2018.

     La voiture est déjà bien désossée. Alain a déposé toute la mécanique arrière, et le moteur est déjà ouvert, chez Jacques. Jacques est le spécialiste grenoblois des Vespa 400, ce qui d'emblée me rassure.  2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

    Les premiers constats sont sans appel. Les bagues de bielles sont quasi mortes.                                                                                  Et dans la boite de vitesse, les satellites du différentiel ont pris un jeu que je n’avais jamais vu jusque là !  Pas de risque inutile, celle ci sera échangée avec la meilleur boite que je puisse trouver. On reste avec une boite 2ème modèle, avec sa seconde plus longue.                                                                                                                                                                                                      Sinon, la voiture est très saine. Pas ou peu de rouille, juste une révision générale à envisager.

     

    09 novembre, 16 novembre, 17 novembre, 21 novembre, 22 novembre, et bien d'autres encore ! Ça commence bien. Comme souvent, le commodo défaillant a été trafiqué et les clignotants se commandent désormais par un interrupteur au tableau de bord. Sacrilège, et surtout pas très fonctionnel. Sans parler des fils coupés et de la boite à fusible piratée de partout. Il aura fallu une journée pour remettre ce circuit électrique dans son état d’origine.

                                                     Reconstruction du centre du commodo cassé par les années de service.2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

    Les propriétaires de Vespa 400 savent tous que l’un des points faibles de la Vespa 400 est ce commodo qui chauffe, ce qui se termine inévitablement par une extinction des feux au bout de quelques heures d’éclairage. C’est donc maintenant au tour d’Alain qui installe des relais pour chaque phare.

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

    Passons rapidement sur tous les détails : Tous les joints (porte, chauffage, vitre, etc.) sont à changer. Idem pour tous les soufflets. Par précaution, les roulements de train roulant sont remplacés par des étanches. L’équilibreur, absent, est remplacé par un nouveau. Les freins seront refaits, et en grand professionnel, Bruno préfère tout virer pour du neuf. On opte bien sur pour des durites aviation

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

    Vient la phase d’allègement. On enlève tout ce qu’on peut. Même la batterie est remplacée par une Lithium. 1kg au lieu de 10

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

    Revers de la médaille. Obligation de monter un alternateur, le lithium ne supportant pas les variations des dynamos.

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

    Bruno a ressorti pour l’occasion l’extincteur qu’il avait sur sa Lancia. Tout en aluminium ! Un poids plume

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

             Même la barre qui tient les appuies tête est en alu.2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

    NDLR: Sous la barre en question, c'est Alain. Le fidèle mécanicien de Bruno, qu'il a suivi et accompagné depuis ses débuts chaotiques jusqu'à ses moments de gloire. Un super pro, qui voit tout, qui pense à tout, qui prévoit tout, même l'imprévisible. Un plaisir d'apprendre avec un tel personnage.

     

    Même les vitres en lourd verre trempé sont remplacées par du plexiglas. Encore 1 kg de gagné !2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

                                                                                 

    Ouf, le chef a l’air content !

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

    Puis on aborde la question des pneus d’hivers. A nouveau se pose le problème des pneus coutés. On fait appel à Raphaël, qui dirige R2  team:  http://www.2rteam.fr/.

    Spécialisé dans le cloutage des pneus de toute sorte, Raphaël nous donne de précieux conseils, et  montre son matériel

            On présente les clous potentiellement mettables                                         Le choix va se jouer entre ces 3 clous2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo

     

     

     

     

     

     

     

                                                       

     

    Mais si on veut, on a le choix !

    2017/18: Bruno Saby pilote la Vespa 400 au Monté Carlo         

     

     Reste maintenant à trouver des pneus au dessin hivernaux dans cette dimension. Raphaël cherche de son côté, et chacun de nous se propose de chercher, plutôt du côté des pays de l'est ou asiatiques, qui utilisent encore ces dimensions.

     02 décembre 2017: La Vespa 400 d'Odilon a elle aussi besoin d'une bonne révision. Les amortisseurs n'ont plus aucune efficacité, et surtout il veut monter une boite 4 vitesses. On va en profiter pour monter aussi des durites aviation.

    09 décembre 2017: Catastrophe: Après avoir démarré une première fois,  le moteur de Bruno, pourtant refait refuse tout service. Alain et Jacques ont tout tenté: Changer l'allumage,  resserré le carbu, modifier tous les réglages, rien n'y fait. Jusqu'à ce que le test au compressiomètre ne révèle son verdict: Ce moteur n'a plus aucune compression !

    Démontage et autopsie. Aie, grosse fuite entre la culasse et le cylindre. Les culasses ont été rabotées de 4/100ème. N'auraient elles pas aimé ce traitement, ou le plan de joint côté cylindre a t'il besoin lui aussi d'une rectification ? Verdict la semaine prochaine. En attendant, les premiers essais auront lieu avec le moteur de secours.

    2017/18: Dans la cour des grands 2017/18: Dans la cour des grands

     

     

     

     

     

     

     

     

    De plus, pour ne rien arranger, le jeu piston/chemise est à 0,30 mm ! Si on avait pensé à vérifier çà tout de suite, on aurait gagné un temps fou. Du coup, la décision est prise. On réalèse tout à 63,5 et on monte des pistons neufs.

    2017/18: Dans la cour des grands2017/18: Dans la cour des grands

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ne soyez pas inquiets, la suite arrive !